TOTO

// Zénith de Paris - 13 Juin 2013

Infos concert

« Quelques semaines après avoir interviewé le guitariste Steve Lukather, éminent représentant du groupe Toto, nous retrouvions la joyeuse bande au Zénith de Paris, complet pour l’occasion, ce 13 juin 2013 afin de fêter comme il se doit, tous ensemble, les 35 ans du groupe à l’occasion d’une grande tournée en France. Nous avions particulièrement hâte de découvrir la présente formation, qui retrouve deux de ses membres d’origine avec David Paich et Steve Porcaro, dont le frère Jeff Porcaro (batterie) est décédé en 1992. Entouré de Nathan East (basse) et Simon Phillips (batterie), Toto fête ses retrouvailles avec Joseph Williams (le fils du compositeur John Williams !) et retrouve ainsi dans ses rangs sa meilleure voix,  puissante, juste et calée, celle qui a chanté le tube « Pamela ». Les membres de Toto peuvent se targuer d’avoir composé, à eux tous, pas moins de 6000 albums, dont un certain nombre ont fait le succès de quelques ‘inconnus’ comme Thriller de Michael Jackson. C’est à 21h précises que les lumières s’éteignent. Les toms de Simon Phillips se font entendre derrière un grand rideau. Celui-ci tombe sous les applaudissements d’un Zénith plein à craquer. Toto démarre sur un medley de « On The Run » et »Goodbye Elenore » et marque un beau départ. Très vite nous remarquons la qualité du son, qui laisse la place à chacun des instruments et nous permet surtout de profiter pleinement de la voix de Joseph Williams. Pendant 2h15, Toto nous offre un bel aperçu de leurs 35 ans de carrière, avec quelques titres plus rarement interprétés, parmi lesquels « Going Home », un inédit sorti en 1998, « It’s A Feeling », tiré du mythique album IV, « How Many Times » et « Wings Of Times » de l’album Kingdom Of Desire (1992),  album plus rock sur lequel prédomine la guitare de Steve Lukather. Pour satisfaire les spectateurs moins connaisseurs, Toto nous offre « Rosanna » dès le premier tiers du concert. Tous les musiciens prennent visiblement plaisir à se retrouver sur scène. Joseph Williams et Steve Lukather, dont les deux voix se marient parfaitement, parcourent fièrement la scène. Outre la qualité de son, le jeu de lumières est travaillé jusqu’à la moindre note. Steve Lukather fait passer un maximum d’émotion en chantant les balades « 99 » et « I’ll Be Over You » et « I Won’t Hold You Back » de sa voix bluesy. Le dernier tiers de la soirée gagne en intensité avec « White Sister », qui convainc la salle de se lever. Pas étonnant qu’il s’agisse de l’un des meilleurs guitaristes au monde, car Steve Lukather, nous délivre des solos parfaitement maitrisés tout le long de la soirée. Nous nous rappellerons surtout du solo lors de « Better World », quand tous les projecteurs sont pointés sur lui. Le public se manifeste d’autant plus sur « Africa » et sur « Hold The Line ». Toto remet une couche sur une superbe version de « Stop Loving You », incorporant des improvisations de la part des musiciens autour du riff de « Bad » de Michael Jackson. Toto nous quittent sur « Home Of The Brave », qui avait déjà été chantée par Joseph Williams en 1988. Tout le long du concert, l’ambiance du Zénith était à la fête. Toto a rassemblé l’une de ses plus belles formations pour cette tournée anniversaire. Jouant autant ses gros tubes que des titres plus méconnus, Toto a su équilibrer sa setlist pour satisfaire tout type de spectateur.  Beau moment de communion donc au Zénith de Paris pour le groupe Toto et ses nombreux fans ! »

Sources : Rock’n concert & Magazine-Karma

Photos

no images were found