Viza

// Divan du Monde - 6 fév. 2012

Infos concert

1ère partie : Bagdad Rodeo

Pour leur grand retour en France, les californiens de Viza se produisaient au Divan du Monde lundi 6 février, en clôture d’une tournée européenne destinée à promouvoir leur nouvel album « Carnivalia », paru le 10 décembre dernier. Un évènement qu’on ne pouvait tout simplement pas manquer. Si l’on savait que la soirée serait riche en émotions, on ne s’attendait pas à ce qu’elle comporte aussi son lot de frissons. Récit d’une aventure qu’on ne risque pas d’oublier de sitôt.

Alors que des membres du groupe circulent tranquillement dans la salle, saluant ça et là des connaissances et des fans, les lumières s’éteignent pour que puisse débuter le set des français de Bagdad Rodeo. Venus pour l’occasion avec le total look costard-cravate-lunettes de soleil, les six compères se lancent à corps perdu dans leur rock explosif et franchement décalé avec une énergie mordante qui ne tarde pas à faire bouger l’ensemble de la foule. Difficile en effet de résister au style si particulier de cette bande de parisiens, joignant des textes à l’humour corrosif à un son furieux. Le plaisir du groupe est au moins aussi évident que celui du public alors que sont passés en revue les morceaux les plus percutants du premier album, parmi lesquels « Super Connard » ou encore « La Farandole ». Toutefois, la performance de Bagdad Rodeo prend soudain une toute autre tournure quand Ludovic (chant), emporté par son enthousiasme, fait une malencontreuse chute depuis la scène pendant « La Ménagère ». Si beaucoup pensent d’abord à une bonne blague, il s’avère rapidement que le chanteur n’est pas en train de plaisanter et souffre gravement de sa chute. Alors que les lumières se rallument pour que l’on puisse lui porter assistance, le groupe nous annonce alors qu’il est dans l’obligation d’écourter son set. Pourtant, cinq petites minutes plus tard, c’est bien la voix de Ludovic que l’on entend à nouveau dans le micro, nous annoncer que même avec une rotule déboitée, il ne peut pas partir comme ça sans nous offrir un dernier morceau. Aidé par ses camarades, il reprend donc place sur scène. Une fin pareille, ça ne s’invente pas, et c’est au son des hourras de l’ensemble de la salle que le groupe quitte cette fois-ci la scène.

Alors que tout le monde discute encore de l’incident, lorsque les lumières s’éteignent de nouveau, toute l’attention se reporte ensuite sur les headliners de la soirée. C’est dans une ambiance festive que le groupe entame son set avec « Carnivalia », sur lequel des ballons et confettis distribués un peu plus tôt dans la salle sont lancés. Ce soir, les californiens semblent bien décidés à tout faire pour nous offrir un show inoubliable, et rapidement leur rock dynamité aux influences multi-culturelles fait bouger toute la salle. Il faut dire que si le son de Viza fait mouche sur CD, en faire l’expérience en live est une toute autre histoire. Le public saute, danse, chante et se laisse totalement emporter par les rythmes et mélodies endiablés des sept acolytes. Quand Knoup entonne les premières paroles de « Viktor » de sa voix unique, c’est à une véritable explosion de joie que l’on assiste. On verra un drapeau arménien (ndlr : l’Arménie étant le pays d’origine de plusieurs des membres du groupe) se balader dans la foule, avant d’être brandi sur scène par Christopher Daniel (percussions). Ce dernier, arrivé à moitié masqué, contribue grandement à l’ambiance détonante qui se dégage de la performance du groupe, sautant partout comme une véritable pile électrique avec son tambourin. On le verra même se livrer à un peu de crowdsurfing, imité en cela par plusieurs personnes dans la foule, et même par Knoup à la toute fin. La part belle est bien sûr faite aux morceaux du nouvel album, avec notamment « Tricky Tricky », « Viktor’s Sister » ou encore « Everybody Wants Money », mais tous les succès du groupe sont bien là, puisque ce ne sont pas moins de vingt-deux morceaux que le septette va nous offrir au total ce soir. Le frontman ne manquera pas de complimenter l’audience pour sa réactivité, allant même jusqu’à dire que le public français aura été le meilleur de la tournée. Soulignant à quel point tous sont heureux d’être à Paris pour leur dernière date. Alors que le show approche de la fin, l’atmosphère festive redouble en puissance quand débute « My Mona Lisa », sur lequel se filment à tour de rôle les musiciens face à une foule déchainée. Finalement, le groupe reviendra pour un rappel de trois chansons, visiblement pas pressé de quitter la scène, terminant sur le déjà culte « Sparring ».

On aurait difficilement pu trouver mieux que les deux excellents groupes que sont Bagdad Rodeo et Viza pour réchauffer cette froide journée de février, et malgré l’incident venu écourter la performance de Bagdad Rodeo, on aura du mal à ne pas garder un excellent souvenir de cette soirée explosive.

Source : Rock Your Life

Setlist :
Carnivalia
Trans-Siberian Standoff
It’s All Wrong
Viktor
Viktor’s Sister
Breakout the Violins
Everybody Wants Money
Tricky Tricky
Illumination
Shall We Reign Dance?
Siktir
Hourglass
Bake Me In Clouds
Things Awkward
Poor Pete
Meet Me At The Troubadour
Fork In The Road
Napoleon Complex
My Mona Lisa
—-
The Uzbek Brothel
A Magic Ladder
Sparring

Photos

no images were found

© Bruno Migliano